Claude Le Roy reconnaît la force de l’Algérie et affirme que la mission de ses joueurs ne sera du tout facile contre des éléments de qualité et d’expérience. «Vous savez,

c’est toujours compliqué de préparer un match contre l’Algérie parce qu’il y a tellement de joueurs offensifs à l’image de la triplette Mahrez-Slimani-Brahimi ou l’autre triplette Boudebouz-Soudani-Feghouli. C’est là beaucoup de talents dans cette équipe. Il faut vraiment qu’on soit prêts à souffrir. Après nous avons des problèmes de jeunesse sur le plan défensif. On est en train de régler cela, c’est pour cela qu’on compte prendre des risques face à une grosse équipe comme l’Algérie, on va rester solidaires et surtout ne pas faire n’importe quoi.»<br>

«Cela fait 10 jours qu’on est ensemble pour préparer ce rendez-vous face à l’Algérie. On s’est bien préparés en France, d’abord à Paris où on a concédé une lourde défaite contre le Nigéria en amical. Après on a joué un autre match à Marseille face aux Comores où on a sorti un match sérieux dans un stade tout à fait comorien mais bon, on ne va pas se gargariser de cette victoire. Là on sait qu’on attaque l’Himalaya avec l’Algérie qui est une grosse équipe avec des talents partout. Il va falloir être prêts mentalement, physiquement et tactiquement pour essayer de les contrer.»<br>

Voulant savoir si le fait que les joueurs algériens vont devoir jouer après une journée de jeûne, Le Roy explique : «J’ai travaillé dans des pays musulmans, quand on joue à 22h c’est bien moins gênant que lorsqu’on joue à 16h par exemple. On peut rompre le jeûne deux ou trois heures plutôt donc ça ne devrait pas causer beaucoup de gros problèmes aux joueurs. Pour nous, jouer à 22h, ce qui donne 23h heure française, est quand même très tard, c’est l’heure où les joueurs sérieux dorment donc ce n’est pas forcément au niveau physiologique de jouer un match. Donc, l’heure du match ne doit pas servir d’argument ni aux uns ni aux autres.»