Poursuivant sur sa lancée, il a eu recours à la méthode Coué pour lever un coin de voile sur les ambitions du Togo à cette CAN, à savoir soulever le trophée continental au soir de la finale : « L’année où la Zambie a gagné la Can, elle n’avait pas une équipe pour gagner la Can.

L’année où le Nigéria a gagné la Can, Nigéria, à par Victor Moses qui est en ce moment l’un des meilleurs joueurs africains et Michael Obi. Le Nigéria  n’avait pas l’équipe pour gagner la Can mais il l’a fait. Et pourquoi pas les Togolais ? Donc, ça veut dire que, si on se motive, si on croit à notre destin, on peut le faire. Ce qui me motive encore plus, je vois que tous les joueurs veulent rentrer dans l’histoire de leur pays. On le sait, c’est quelque part coincé dans notre petite tête en sachant que, si on gagne la Can, les Togolais savent, on nous aime ou on nous déteste, on rentre dans l’histoire. C’est une obligation. Et personne ne peut l’effacer. Donc, je pense que c’est dans ce but qu’on va à la Can pour rentrer dans l’histoire, pour pouvoir toucher l’histoire de notre pays ».