Il y a parfois des rendez-vous manqués dans le football. Emmanuel Adebayor ne dira pas le contraire, lui qui aurait pu revêtir le maillot de l’Olympique Lyonnais au mois de septembre. À cette époque, le Togolais a été approché par les Gones qui cherchaient un joker offensif suite à la blessure d’Alexandre Lacazette.

Une approche inespérée pour un élément libre de tout contrat suite à son départ de Crystal Palace où il n’avait pas vraiment donné satisfaction (1 but en 16 rencontres toutes compétitions confondues). Une bonne idée également de la part des Olympiens qui pouvaient mettre la main sur un élément expérimenté, libre et au profil différent des attaquants déjà en place. Après de premiers échanges avec l’écurie rhodanienne, le joueur a fait le voyage spécialement de Lomé afin de rencontrer Bruno Genesio, qui avait confié. « J’ai envie de savoir dans quel état il est. J’ai besoin de connaître ses motivations, de savoir pourquoi il a envie de nous rejoindre. J’ai beaucoup de questions à lui poser, sur son niveau, son physique, sa motivation, son parcours. (...) Si ce n’est pas nécessaire pour l’équipe, on ne le fera pas ».

Suite à ce fameux entretien, Genesio et l’OL avaient finalement dit non au Togolais. Le joueur âgé de 32 ans, qui s’était pourtant mis d’accord financièrement avec Lyon, avait d’ailleurs très mal pris cette décision.« Ils ont dit ça (l’excuse de la CAN) ? C’est du n’importe quoi ! Ils sont venus me chercher après la qualification, donc ils savaient que j’allais disputer la CAN. S’ils commencent à chercher de telles excuses, ils vont se tuer eux-mêmes ! (...) Le coach m’a posé des questions surprenantes... Il voulait savoir si j’étais marié, si j’avais un enfant. Mais il n’avait qu’à regarder sur internet. Quel est le rapport avec le terrain ? ». L’entraîneur de l’OL en avait pris pour son grade : « En plus un entraîneur qui a peur de Florian Maurice (responsable de la cellule de recrutement de l’OL). (...) Je lui ai demandé de voir les vestiaires (...), mais il a dit qu’il fallait qu’il demande à Florian Maurice... Imaginez Wenger demander à quelqu’un s’il peut me faire visiter les installations d’Arsenal... ». Quelques mois plus tard, où en est Emmanuel Adebayor ?

Adebayor compte se relancer pendant la CAN

Un temps annoncé proche d’Al-Wasl aux Émirats, l’ex d’Arsenal n’a pas trouvé officiellement de club depuis l’échec de la piste menant à l’Olympique Lyonnais. Les seules rencontres qu’il a jouées depuis son départ de Crystal Palace ont été avec la sélection togolaise, soit 7 rencontres (453 minutes) depuis le 27 mai 2016. Mais comme il l’avait confié à un média local, le joueur continue de s’entretenir avec un membre du staff de la sélection nationale en attendant de retrouver un nouveau point de chute. « Je m’entraîne pour moi-même, pour garder la forme, pour être prêt parce que dans les jours à venir j’aurai la chance de signer quelque part. Et donc je m’entraîne pour être prêt. (...) De toutes les façons, tôt ou tard, je vais signer quelque part. Donc je suis confiant et je sais que je vais signer très bientôt ». Son nom n’a été cité dans aucun club récemment. Mais une bonne prestation avec les Éperviers durant la CAN 2017 pourrait lui permettre de faire parler de lui durant le mercato d’hiver.

Emmanuel Adebayor est d’ailleurs motivé comme jamais à l’approche de cette compétition comme il l’a confié lors d’un point presse il y a quelques jours en marge d’un tournoi à Lomé : « Par rapport à ce que j’ai fait durant ces dix dernières années, en Afrique et sur le plan mondial, j’aimerais bien marquer une CAN où les gens parleront de moi en disant qu’il y a eu la CAN 2017 au Gabon et qu’il a été bon. Donc, je me prépare en conséquence pour afficher de belles performances tant individuelles que collectives. Je sais ce que ça demande. Ça demande beaucoup de sacrifice. Il faut travailler dur. Il faut dormir tôt. Il faut faire les soins. Il faut être rigoureux. Il faut être sévère avec son corps et je pense que c’est ce que je suis en train de faire en ce moment. Je vais dans la bonne direction pour pouvoir amener le groupe à la CAN et espérer quelque chose. C’est vrai que, quand on regarde les pays qualifiés, on fait partie des tous petits. Il ne faut pas se voiler la face. Quand je vois l’équipe d’Algérie, du Sénégal, du Ghana, de la Côte d’Ivoire, c’est vrai que sur le papier, on n’est pas les meilleurs. Mais, il y aura peut-être 11, 18 ou 23 chiens enragés à la CAN et ce sera les Togolais ». Adebayor a des fourmis dans les jambes, lui veut montrer qu’il en a encore sous le pied !