Suite aux débordements survenus samedi à l'issue de la demi-finale entre la Guinée Equatoriale et la Tunisie, la CAF a infligé une amende de 50.000 dollars à la FTF. Le pays hôte est également sanctionné pour les envahissements de terrain, et M.Seechurn renvoyé et déchu de son statut d'arbitre international. 



Les sanctions étaient attendues, la Confédération africaine de football les a rendues publiques dans la soirée. Suite aux débordements survenus samedi à l'issue de la demi-finale entre la Guinée Equatoriale et la Tunisie, l’instance a infligé une amende de 5000 dollars US à la Guinée Equatoriale en raison de l'envhissement du terrain par quelques supporters. Mais c'est surtout la partie tunisienne qui a été visée, puisqu'elle devra s'acquitter d'une amende de 50.000 dollars US à la Fédération tunisienne de football (FTF). Si des suspensions avaient été évoquées, la CAF a donc décidé de ne pas accabler davantage la partie tunisienne, frappée au portefeuille pour « le comportement des joueurs et remplaçants de l’équipe - insultant l’arbitre de la rencontre et essayant de l’agresser physiquement - , [le] comportement regrettable du président de la Fédération tunisienne de football M. Wadi Jarii, entrant sur l’aire de jeu et critiquant vivement l’arbitre ainsi que la CAF ; et [les] actes de vandalisme de certains joueurs cassant une porte dans la zone des vestiaires ainsi qu’un réfrigérateur. »

Des excuses attendues de la Tunisie

La CAF attend également d'ici à jeudi une lettre d'excuses de la Fédération tunisienne, « en rapport avec les insinuations de partialité et de manque d’éthique à l’encontre de la CAF et de ses officiels, ou à défaut de présenter des preuves irréfutables et tangibles pour étayer les propos injurieux de la FTF » à son égard. Si une telle correspondance ne lui parvenait pas, l'instance panafricaine se réserverait la possibilité de prendre des sanctions supplémentaires à l'encontre de la Tunisie, « dont la possibilité de refuser la participation de l’équipe nationale de la Tunisie à la prochaine édition de la Coupe d’Afrique des Nations, CAN 2017. » La Tunisie ne devra donc pas tarder pour s'exécuter, le public pouvant garder son idée sur la réalité du penalty sifflé en faveur de la Guinée Equatoriale par l'arbitre de la rencontre.


M. Seechurn sanctionné

M. Rajindraparsad Seechurn, parlons-en justement. Le mal est fait, mais sa CAN 2015 est terminée. « La Commission des Arbitres a noté avec regret la très faible (le mot est… faible, ndlr) performance de cet arbitre durant la rencontre, dont notamment une incapacité inadmissible à maintenir le calme et sévir correctement afin de garantir le contrôle des acteurs du match en question », indique le communiqué de la CAF, qui détaille ensuite les décisions « de mettre fin à [sa] mission pour la CAN Orange 2015, de le suspendre pour une durée de six (6) mois pour mauvaise performance et de le retirer de la liste d’élite A des Arbitres de la CAF. » Agé de 44 ans, M. Seechurn était quoiqu’il arrive en toute fin de carrière. On peut donc espérer qu'il ait définitivement fini de sévir sur les terrains du continent.

P.J