Hervé Renard a été libéré lundi par la Zambie et sera présenté en fin de semaine à Sochaux. (AFP) Même si la Côte d'Ivoire a de nouveau été tenue en échec samedi, par le Mali (1-1), son sélectionneur Hervé Renard estime que son équipe a cette fois rendu une meilleure copie.

 

« J'ai vu de très bonnes choses aujourd'hui, plus que durant le premier match mais malheureusement nous avons été menés tôt dans le match. Une fois de plus, nous avons connu des difficultés en début de rencontre. Je pense que si vous regardez les statistiques, ils n'ont pas eu beaucoup de tirs cadrés », a déclaré Hervé Renard après la rencontre. Et le sélectionneur de regretter qu’un penalty n’ait pas été sifflé pour son équipe en première mi-temps sur un duel Wague-Bony.

Au retour des vestiaires, les Eléphants ont mis la main sur le match et ont imposé une pression importante sur la défense malienne, qui a plié pendant plus de quarante minutes sans rompre. Et ce malgré la sortie sur blessure à la cuisse droite de son gardien, contraint de céder sa place au jeune Berthé à vingt minutes de la fin du match. Pour revenir au score, Hervé Renard a pris tous les risques car une défaite mettait quasiment un terme aux espoirs de qualification pour les quarts de finale de la Côte d’Ivoire. Dans un système à quatre attaquants avec les entrées de S.Kalou et de Tallo, le Mali a fini par craquer à trois minutes de la fin du temps réglementaire. Les Maliens n’ont pas été en mesure de répondre dans les six minutes de temps additionnel et concèdent le nul dans un match qu’ils ont longtemps cru remporter. Avec ce troisième 1-1 en trois matchs dans ce groupe D, la Guinée et le Cameroun ont un coup à jouer en s’affrontant plus tard dans la journée. Mais sans attendre ce résultat, la Côte d’Ivoire et le Mali savent déjà qu'une une victoire lors de la troisième et dernière journée sera obligatoire pour atteindre les quarts de finale.