L’Algérie n’a pu faire mieux que match nul (2-2) face au Sénégal lundi 23 janvier, et laisse donc ce dernier, ainsi que la Tunisie, tombeuse du Zimbabwe (4-2), se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2017) au Gabon.



La sélection, entraînée par Georges Leekens, est le deuxième « grand nom » à prendre prématurément la porte de la compétition continentale, après le pays hôte, qui a été éliminé dimanche après son match nul contre le Cameroun (0-0).

Les Algériens ont perdu gros lors de leurs précédents matchs, un nul surprise contre le Zimbabwe (2-2) et une défaite logique contre la Tunisie (2-1). Et, malgré leur volontarisme face à une équipe sénégalaise déjà qualifiée et largement remaniée, ils n’ont rien pu faire pour déjouer des pronostics très défavorables.
Une qualification aurait été compliquée

« On sait bien qu’il n’y a pas de grandes chances », avait ainsi reconnu Leekens avant le match. Pour atteindre les quarts de finale de la compétition, l’Algérie devait non seulement battre le Sénégal, mais également espérer que la Tunisie perde dans le même temps.

Les Tunisiens n’ont toutefois pas laissé passer leur chance face à des Zimbabwéens limités, inscrivant quatre buts en une mi-temps pour se mettre à l’abri (Naïm Sliti 9e, Youssef Msekni 22e, Taha Yassine Khnesy 36e, Whabi Khazri 45e s.p., contre un but de Knowledge Musona à la 42e). Le Zimbabwe a réduit la marque en seconde période par Tendai Ndoro (58e).
Le Sénégal affrontera le Cameroun

C’est donc les « Aigles de Carthage », surnom de l’équipe tunisienne, qui affronteront le Burkina Faso (leader du groupe A), samedi (17 heures) à Libreville. De leur côté, les Sénégalais, qui n’ont pas forcé leur talent pour éliminer l’Algérie, seront opposés au Cameroun le même jour (20 heures) à Franceville.

La prestation de leur équipe face à la sélection algérienne, composée de belles individualités, comme le meilleur joueur africain Riyad Mahrez, le double buteur Islam Slimani (10e, 52e) ou encore le latéral de Naples Faouzi Ghoulam, en fait en tous les cas l’un des prétendants à la victoire finale.

Mais le milieu de terrain d’Idrissa Gueye avait prévenu avant le match : « Il nous reste encore beaucoup de chemin » avant le triomphe.